Conseil Municipal
Arrêtés et délibérations
   
Forum de discussion
Forum de discussion
 
Nous écrire
Boîte à idée

Webmaster
Services rattachés
CIJEF

Actualités-->>Detail article

Bilan de mandat du conseil municipal : mission accomplie
 
Les deux 2 heures d’horloge ont paru bien insignifiantes pour résumer devant les hommes de médias près de 2 mille 100 jours de travail harassant au profit des populations de la capitale (2006-2011). Simon COMPAORE s’y est tout de même attelé en accordant aussi un point d’honneur aux derniers actes prévus au cours de l’année en cours. Il a décerné une note de satisfécit à ses années de travail. Pour ce faire, l’édile de la capitale a rappelé que « Le programme de mandat, bâti autour de dix grands axes de développement se voulait un condensé des ambitions et objectifs de développement que le conseil municipal issu des élections du 23 avril 2006 s’est fixé ». Un programme du reste adopté à la majorité des conseillers municipaux en juillet 2006. Lors de cet exercice de synthèse, tout y est donc passé : éducation, santé, lotissement, infrastructures, coopération internationale et autres. Dans le domaine de l’éducation, l’ambition affichée était d’améliorer le taux d’absorption des jeunes au niveau du secondaire et de décongestionner le centre ville. Pour ce qui concerne le domaine de la santé et de l’hygiène, le conseil municipal envisageait de parvenir à une amélioration des prestations fournies par les infrastructures sanitaires communales en procédant à leur réhabilitation et à leur équipement. On peut retenir qu’au cours de ces 5 années, la ville de Ouagadougou s’est enrichie grâce à la réhabilitation du marché Rood woko, la réalisation de nouveaux équipements marchands, la construction de deux gares routières, la promotion de la micro-finance, de même que la création d’un centre de formation et de perfectionnement. Sur le volet de l’entretien des routes le conseil municipal s’est mobilisé fortement pour réussir le bitumage de 41km de voie. On retient dans ce registre d’autres actions majeures : 38 km de caniveaux construits, 5 ponts réalisés, 13 km de voie en terre aménagés, 370 km de voie en terre ayant fait l’objet d’entretien courant, 68 673 m2 d’accotements de voie pavés, 61 km de canalisation pour l’adduction d’eau potable, 65 bornes fontaines installés, et 5 forages, le tout pour 16 479 370 099 frs sur fonds propres et financement extérieurs compris. D’énormes sommes d’argent ont aussi été investies pour la mise en route de feux tricolores essentiels à la sécurisation des usagers de la voie publique. L’étroite collaboration entre la commune de Ouagadougou, la SONABEL et le Grand Lyon, a permis d’engranger des acquis importants. Selon le bilan dressé par Simon COMPAORE, « de 2006 à 2011, 52 carrefours ont été équipés en feux tricolores dans la ville de Ouagadougou pour un investissement de 1 006 578 691 frs CFA. 1 017 131 211 frs ont été consacrés dans le même temps, à l’éclairage public, 476 800 550fr à l’éclairage solaire et 85 000 000 de frs à l’illumination. Au titre du mandat 2006-2011 ce sont 2 023 649 902 frs qui ont été consacré aux investissements dans ce domaine ». Ce bilan flatteur a tout de même été mis à mal par les inondations du 1er septembre 2009, un événement qui a freiné la machine du conseil municipal. Il a contraint les autorités municipales à réaliser en urgence : 1 km 500 de route bitumée, 1 km 300 de route en terre 8 km de caniveaux et de dalot, et 3 ponts pour un coût global de 4 527 353 071 frs dont 3 449 646 914 frs. Les actions municipales ont également brillé par leur efficacité dans les domaines de la propreté, l’éducation, la tranquillité et de la salubrité, la coopération nord sud, etc. Pour Simon Compaoré, le patron de cette équipe, les différentes directions se sont toutes impliquées de sorte que le bilan pour cette étape finale de son mandat soit une réussite. Il a également remercié les différents partenaires qui ont accompagnés le conseil municipal dans ses projets. Le premier magistrat de la ville s’est voulu reconnaissant envers le gouvernement, le parlement, l’AFD, l’Union Européenne, l’AIMF, la Banque Mondiale, la BAD, les médias, l’ONEA, la SONABEL, et aux villes partenaires. Ce dynamisme devrait guider les derniers actes de ce mandat. Parmi les nouvelles actions qui s’annoncent en cette année 2012, Simon COMPAORE a insisté sur la construction de trois gares routières, l’exécution du plan d’action de mise en œuvre du schéma de circulation dans la ville de Ouagadougou, la construction d’un pont entre Dayongo et Ouidtenga pour 180 000 000 frs, la réhabilitation de 08 forages à Polesgo pour 21 000 000 frs, la poursuite de la campagne d’information des populations sur le nouveau découpage administratif de la commune de Ouagadougou, le bitumage de 44 km de voirie urbaine, la construction de 100 km de caniveaux dans la ville de Ouagadougou, l’extension du centre de traitement et de valorisation des déchets solides de Polesgo avec la création de 26 nouvelles cellules d’enfouissement des ordures et la récupération du gaz méthane produit qui pourrait être revendu notamment à la SONABEL, le domaine des pompes funèbres et des cimetières verra la poursuite des actions engagées courant 2010-2011 et qui n’ont pas été conduites à leur terme, etc. Cet important exercice de synthèse a mobilisé de nombreux journalistes. Leurs préoccupations ont porté notamment sur les lotissements, le transfert des compétences de l’Etat central aux collectivités territoriales, la chaine funéraire et la suppression de la TDC. Aucun sujet n’a d’ailleurs été éludé par le premier magistrat de la ville. Pour clore son propos, Simon COMPAORE, qui ne devrait plus se représenter pour un autre mandat, a annoncé qu’il s’engagera à aider ses successeurs pour la bonne marche de la commune de Ouagadougou.
Service de l'information (DCRP)

Copyright © Commune de Ouagadougou 2005